Histoire du monde : la face cachée d’Apple

Je reviens à ma manière sur le cas Apple, et ses fameux iPhone et iPad… Toi qui matte cet article sur un de ces appareils… Réfléchis un tout petit peu après. Si Tu peux encore.
 
Ce matin, on va évoquer un aspect plus sombre de la « success strory » d’Apple : les conditions de travail dans les usines qui fabriquent les produits de la marque. Il y a un an et demi, une vague de suicides dans une gigantesque usine en Chine avait défrayé la chronique. Comment la situation de ces ouvriers a-t-elle évolué depuis ? On voit ça avec Robin Cornet.
Dans l’avalanche d’hommages et de louanges qui a déferlé hier sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes appelaient aussi à se souvenir des victimes de l’usine Foxconn, de Shenzhen. C’est presque une ville dans la ville. 500.000 ouvriers y travaillent et y vivent (en général, dans des dortoirs). Les journées sont longues, la discipline de fer… La pression est élevée, les salaires forcément bas. On y assemble iPhones, iPads mais également des produits HP, Sony, Dell, Acer… les téléphones Nokia ou Motorola… Les produits Microsoft ou Nintendo (et on en passe). Au premier semestre 2010, 13 travailleurs se suicident coup sur coup (sans compter les tentatives).La presse internationale s’alarme. On découvre la pression exercée sur les travailleurs, l’agressivité, voire la violence des services d’ordre. Beaucoup d’ouvrières très jeunes, venant des campagnes, pour des salaires dérisoires. La direction alimente, en plus, l’indignation en prenant des mesures maladroites, comme l’installation de filets anti-suicides ou une distribution de t-shirt « I Love Foxconn ». Les clients s’inquiètent pour leur image. Ils envoient des inspecteurs. Pékin s’en mêle. En juin 2010, la direction annonce une hausse des salaires… Ils passent de 146 euros par mois à 240. Ils auraient encore augmenté ensuite, pour atteindre 375 euros, pour un ouvrier de base. C’est ce qu’indique un rapport établi par une vingtaine d’universitaires. En revanche, selon ces chercheurs, les conditions de travail sont restées peu enviables. Ils n’ont pas été autorisés à entrer dans l’usine, mais ils ont recueilli une centaine de témoignages. Des ouvriers qui ont dit travailler parfois 80h/semaine et qui ont décrit un encadrement ultra autoritaire. Cet été, une ONG basée à Hong Kong a corroboré le constat en faisant notamment embaucher certains de ses membres comme ouvriers. Tâches extrêmement répétitives, pression parfois très forte et des journées de 10 à 14h. Mais l’organisation, qui a infiltré, pour des enquêtes similaires 9 autres usines, convient que les conditions ne sont pas pires qu’ailleurs en Chine.

Depuis deux ans, la Chine connait une multiplication des grèves, notamment dans le secteur automobile. Des mouvements sociaux qui finissent régulièrement par faire plier les directions. Le Parti communiste chinois a par ailleurs inscrit le droit du travail dans son plan quinquennal 2011-2015. Il s’est ainsi engagé à améliorer la protection des travailleurs, les conditions de travail et la résolution des conflits dans les entreprises.

 
Source : rtbf.be
Publicités

2 réponses à “Histoire du monde : la face cachée d’Apple

  1. c’est affreux et je pense à ça à chaque fois que je constate que j’ai acheté un truc « made in china », mais des fois je trouve pas mieux que « made in bangladesh » pour un même produit et ça doit pas être beaucoup mieux chez eux au niveau qualité de travail et de salaire… MMM? une solution? votez Bayrou, il a dit qui fallait produire français à nouveau, chouette!

    • Je crois que pour les élections je prends joker (pas le pote à Batman)… En tout cas je réfléchis au produire français…

Les commentaires sont fermés.