Le folklore a t il sa place dans la publicité ?

J’ai constaté que dans la publicité au Sénégal, le « folklore », la « tradition »… tient une place importante.
je ne parlerai pas ici du « design », c’est un autre sujet.

A la télé, dans les journaux, dans la rue, on fait appel aux bonnes vieilles recettes de la reconnaissance.

En discutant avec mes collègues, hier, je me suis rendu compte que les idées reçues ont encore une longue vie devant elles.

Loin de faire « rêver  » le consommateur (bien abusé, par ailleurs), on lui montre son quotidien agrémenté d’un peu de brillant…

On accompagne, j’y reviens, d’une dose de folklore, un peu de musique « traditionnelle », et le tour est joué.

De là un autre constat : prenez la pub de tel annonceur et celle de son concurrent, en dehors du logo, vous ne verre pas de différence.

Sans parler des « clichés » d’un autre temps, ou presque… Qui veut que le femme prépare et l’homme déguste, les ingrédients, si je peux me permettre, sont les mêmes : une femme habillée pour une cérémonie, qui préparerait, ainsi vétue, un bon plat, de jolis légumes et l’objet de la publicité, le produit.

Enlevons le logo et nous aurons une série de photocopie.

A la télé, les créatifs des agences dakaroises pensent que mettre de la musique « traditionnelle » fera vendre… J’imagine qu’ils ont raison, sinon, ils auraient d’autres idées. A moins que… A moins qu’ils ne sachent pas dire à leur client que ce n’est pas bon pour eux… Et la me revient à l’esprit une scène du film « 99 francs », excellent film, à mon avis et qui en tout cas a eu l’avantage de me faire bien rire.

La scène en question est celle où le staff de l’agence (de pub) se trouve face à son client qui a écouté sagement la proposition de l’agence et dit que c’est bien tout ça, mais ça fait pas rêver… Qa qui s’adresse t on ? A la ménagère. La ménagère qui en chie chaque jour en gros, et que l’on doit faire rêver…

Et de là, le patron de la boite, le client expliquant qu’il est allé voir le spectacle de danse de sa nièce, qui doit au moins être n primaire, le client, donc, disant que ce spectacle l’a fait décoller…

Cette parenthèse fermée, je me dis que certains créatifs ont abdiqué devant leur client, qui, bien sûr, on est à Dakar, (voir l’article « de la communicationite« a fait de la communication… Et on voit le résultat…

Pour conclure,je dirais que je n’ai aucun grief contre les agences… Mais que franchement, ça pourrait être beaucoup mieux. Juste un peu d’audace, ça ne rend pas ridicule… Le contraire est moins sûr.

Advertisements

Une réponse à “Le folklore a t il sa place dans la publicité ?

  1. la pub… qu’elle soit en format audio, visio, ou écrite, me fait vomir en général. prend les gens pour des débiles (y en a mais bon, faut pas exagérer!) et je connais pas assez ce qui se passe en afrique pour en parler, mais ici, toutes les pubs pour la lessive, la bouffe, les appareils électro-ménagers, les grandes surfaces, ce qui concerne notre quotidien en fait, sans parler des trucs pour les mioches ou les bagnoles, ça fait tout sauf rêver! y en a même qui ressorte des slogans vieux de + de 30 ans tellement ils ont une imagination débordante, comme pour une certaine marque de purée déshydratée ces dernières semaines « Quand je fais de la purée Mmmmmmm (merdique?), je suis sûre que tout le monde en reprend! » Me souviens qu’on chantait ça quand j’étais gosse tellement on nous a saoûlé avec déjà à l’époque! bref, à quelques exceptions plaisantes près, la pub me fait gerber et j’ai comme un toc dès que j’en vois ou en entend: je zappe… ton sujet était le folklore par rapport à ce qui existe en afrique, je déborde un peu, mais je suis certaine que tu m’en voudras pas…
    et comme il est 14:56 et que l’odeur qui me parvient de la cuisine me semble sympa, je vais aller manger mes pommes dauphines qui m’attendent au four, je trouve que c’est une bonne heure pour faire ça…

Les commentaires sont fermés.