Lendemains qui déchantent…

Lundi matin, déjà, en soi, c’est pas très drôle…

Lundi lendemain d’élection, c’est encore moins drôle.

Pourtant, hier soir, cela fut fugace, comme tous les bons moments, j’ai ressenti quelques minutes comme je n’en ai pas connues depuis longtemps.

Je me suis senti comme en vacances, comme avant les premiers soubresauts de la pré-campagne électorale, au temps où on pouvait se promener à Dakar sans voir des flics partout. Au temps où, bon, tout n’était pas rose, mais les gens avaient le sourire. Le temps des beaux jours.

Hier soir, j’ai ressenti un instant de bonheur, je crois.

Etait-ce le retour des jours moins frais, annonçant un futur primtemps ? Un vrai primtemps celui là, pas un faux, avec des lendemains qui déchantent,  comme dans certains pays ? Etait-ce espoir pour un pays que j’aime beaucoup ? Etait-ce de savoir qu’un de ses ressortissants avait reçu un César ?

Va savoir, un instant j’ai relâché la pression pour laisser passer, comme on laisserait – honteusement – passer un vent en public, en se disant pourvu que ça ne fasse pas de bruit, j’ai relâche la pression pour être un peu heureux…

Allez, je vous le concède, ça n’a pas duré longtemps, restons dans la moule de la peur. Quand on a peur, on ne réfléchit pas, et ça rend bien service, parfois.

Oui, c’est honteux, mais j’ai eu de l’espoir… L’espoir d’un changement, tu imagines ?

 

Mais le réveil a sonné ce matin, et je me rends compte que, comme diraient les Poppys, ou un truc dans le genre : « Non, non, rien n’a changé, tout a continué… ».

Pour un lundi matin, pas cool.

Publicités

4 réponses à “Lendemains qui déchantent…

    • A première vue, il paraît qu’il y aura deuxième tour entre Macky Sall le champion des jeunes filles et le contrefacteur du sopi.

Les commentaires sont fermés.