ben réalise le webdesign de Angokh…

Aujourd’hui mesdames et messieurs, je vous présente un webdesign. Celui-ci est très conventionnel, mais on parle de technologie, conseil, expertise (excusez du peu) et formation.

On est dans le sérieux. Et d’après certains, qui dit sérieux dit bleu, ça rime au moins, à défaut d’être vrai.

Donc pour faire un joli webdesign du jardin, il faut : un bon brief du client (j’ai ai un…Et même deux comme vous le verrez), quelques images fournies par le client (là, j’ai dû les trouver par moi même), quelques documents pour prendre connaissance de l’esprit de l’entreprise (j’en ai…).

On part du brief : c’est urgent, il faut une proposition au plus tard le lendemain. Il faut un site original, avec si possible des images défilant en slider (glisseur), en full screen (plein écran), je cite. Voila pourquoi j’utilise des anglicismes.

On me dit dans l’ustensile à oreille que je ne devrais as utiliser ce ton quelque peu ironique…

Je reprends.

Ayant suivi à la lettre le brief de départ, je transmets au chef de projet chargé de diriger le projet la maquette de la page d’accueil.

Réactivité, quand tu nous tiens… 5 jours plus tard, je reçois une réponse par mail me disant que je devais faire une autre proposition. Je remets l’ouvrage sur le métier et je propose une autre maquette, après avoir bien sûr, reçu un autre cahier des charges…

Je passe quelques étapes, toutes plus drôles les unes que les autres, pour en arriver à la validation…

Et là, c’est la drame… On me demande si je peux faire avec mes fichiers PNG une opération (magique ???!), pour en faire directement un template Joolma.

Bon je ne rentre pas dansles détails assomants, mais en gros c’est comme si on me demandais de construire une maison à partir de quelques briques, en 1 journée.

Le commanditaire est un expert en informatique je rappelle… Il fait même de la formation.

On me dit dans l’ustensile à oreille que je ne devrais as utiliser ce ton quelque peu ironique…

Et le chef de projet ne tique pas quand il transmet la demande…

Je comprends là, maintenant, pourquoi il s’est fait virer de la place qu’il occupait.

En tout cas, je vous propose le résultat de cette expérience que je ne renouvellerai pas…

D’ailleurs, je me demande si je ne vais pas changer de métier moi.