Une ou deux trucs qui énervent…

Je ne sais pas ce que j’ai en ce moment, mais je suis énervé… Enfin, si je sais ce que j’ai : je suis énervé… Pourquoi ?

Parce que je déteste les gens malhonnêtes, à l’exemple d’un certain Abdouye Niang, fainéant absolu, incapable de haut vol, menteur, et escroc.

Alors oui, j’entends déjà ceux qui diront diffamation… Mais quand on dit vrai est ce encore de la diffamation ?

Ce monsieur, un beau jour, est venu me trouver à la maison, en me disant qu’il était dans la mouise, car un gars en France l’a embauché (on fait de ces erreurs des fois), pour être chef de projet informatique. Déjà, là, ça peut passer pour une plaisanterie.

Ce monsieur me promet monts et merveilles, chose que je croie à moitié, je connais le lascar. Que me prend il donc ? J’accepte, par pitié, de faire son webdesign.

Je rappelle pour ceux qui ne sont pas au courant qu’un webdesign consiste en un fichier en un  fichier exploitable comportant les différentes pages, et les calques. Ce fichier permet de faire quand on sait le faire, une découpe en vue d’une intégration.

Comme M. Niang est un petit malin qui essaie d’embrouiller tout le monde, son employeur compris, il est revenu vers moi pour me dire, mais en fait, on s’est pas bien compris, il faut le développement, en plus, pour le même prix, bien sûr.

Je rigole, mais ça fait mal aux fesses, en fait.

Ce plaisantin avait assuré à son employeur que pour la somme modique auquel j’avais accepté de faire la maquette, il aurait également le développement.

Par ailleurs, l’employeur, qui doit être un vrai champion, lui aussi, a une équipe de développement, à Dakar, qui est incapable de faire une page HTML, soit la base de tout, même moi je sais faire et c’est pas mon job, et ne sait pas non plus écrire un fichier de CSS… Un peu plus compliqué, mais je sais aussi le faire.

Je vous passe quelques épisodes, pour en venir au jour de la livraison, où, non content de me faire travailler au rabais, alors je sais j’ai accepté, M. Niang me demande une « commission », parce qu’il m’amène du travail… Wade s’est barré,  mon gars, ça marche plus comme ça. J’en informe l’employeur, Triste sire Niang nie… Pas grave, moi je sais.

Aujourd’hui, après une semaine de patience, je décide d’avertir M. Niang que le paiement devait se faire au plus tard ce soir… Ce à quoi il me répond que son développeur est malade, et que donc il ne peut pas ma payer, parce que son développeur ne peut me certifier que le fichier livré est utilisable. Alors même que nous avons regardé ensemble le fichier et qu’il sait qu’il est utilisable.

Donc, je dépend de la fin de la maladie de M. le développeur et de son expertise en terme de Fireworks, pour le paiement.

Abdoulaye Niang, du travail de pro !

Advertisements