Pauvre France…

Le maire (UMP) d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains-Masini, a contesté « la légitimité » de François Hollande et dénoncé « un danger pour la République » dans des propos tenus dimanche à des médias locaux et qu’elle a maintenus mardi soir à l’AFP.

Dans un entretien vidéo mis en ligne par Aix City Local News, elle a réagi dimanche à l’élection de M. Hollande en ces termes: « Même si M. Hollande est proclamé président de la République, je ne pense pas qu’il soit légitime parce qu’il y arrive après un combat anti-démocratique comme on ne l’a jamais vu dans ce pays (…) Par voie de conséquence, je ne me sens pas liée par ce président de la République que j’estime illégitime ».

Et d’ajouter: « C’est un danger pour la République ». « Parce que cet homme n’a jamais fait la démonstration qu’il ait réussi quelque chose dans sa vie. Je crois que c’est quelqu’un d’intelligent et d’un certain niveau (…) mais on ne s’intitule pas président de la République du jour au lendemain ».

« J’espère que la jeunesse ne va pas pâtir dans les années à venir de la bande de rigolos qui va s’emparer des commandes, dit-elle encore. « Je ne souhaite pas que mon pays se casse la figure, mais quelque part je pense que Nicolas Sarkozy pourrait servir de recours, et peut-être dans pas si longtemps ».

Interrogée mardi, l’élue a maintenu « sur le fond ces propos, même s’ils sont peut-être un peu violents ». « Ils ont été tenus dans un désarroi total et sur le coup de la colère que j’ai réfrénée durant toute la campagne que j’estime avoir été diffamatoire envers Nicolas Sarkozy », a-t-elle ajouté avant d’accuser les médias d’avoir « lynché » le président sortant.

Mme Joissains-Masini s’en est également prise au physique du nouveau chef de l’Etat, accusé de manquer de « prestance ».

« En tous les cas, physiquement, il ne donnera pas l’image d’un président de la République », disait-elle devant la caméra dimanche. « J’aurais aimé d’un président qu’il ait plus de prestance et pas qu’il agite ses petits bras comme il le fait dans tous ses meetings parce que ça me paraît extrêmement ridicule ».

Mardi, Mme Joissains a assumé ses commentaires, relevant qu' »on s’était gaussé » aussi de l’allure de M. Sarkozy. Et elle a ajouté qu’en évoquant les « petits bras » de François Hollande, elle s’est « fait plaisir ».

Contactée par l’AFP, la fédération UMP des Bouches-du-Rhône n’a pas souhaité réagir.

Son secrétaire départemental, le député Renaud Muselier, a estimé que « ces propos n’engageaient que Mme Joissains ». « Nous avons un président de la République, élu démocratiquement. Il n’y a rien à redire, c’est notre président – même si ce n’est pas mon ami » politique, a-t-il dit à l’AFP.

Source AFP.

Dans quel état se trouve la France. Un maire qui s’en prend au Président pour son physique.

Et qui, plus grave ne reconnait pas sa légtimité. C’est refuser le vote d’une partie des français, et donc ignorer la démocratie. Y-a- t’il un recours contre ce genre d’élus du peuple ? Est ce possible de le destituer ? je ne pense qu’elle remplisse de manière objective sa fonction.

L’ignorer serait trop facile pour elle. On laisserait passer d’autres dérives dont la droite française s’est récemment rendue coutumière.

Le culte de la personnalité, qui a fait tant de bien aux peuples (Hitler, Musolini, Staline…) a encore de beaux jours devant lui, n’en doutons pas. Ainsi que la connerie je pense.

La France est tombée bien bas, grâce à certains.

5 réponses à “Pauvre France…

  1. Elle a eu un gros craquage.
    En revanche, Nicolas Sarkozy s’en est effectivement pris plein la figure sur son physique et ses origines.

    • C’est vrai aussi. Mais je pense qu’il a tellement désacralisé la fonction qu’il a eu ce qu’il a cherché.
      Je ne défends pas Hollande, je dis juste que ce genre de « craquage » tu le gardes pour les dîners en ville.
      Jamais personne n’aurait dit ça aux médias quand Chirac ou Mitterrand étaient au pouvoir.
      De plus, cela démontre que le niveau de la politique a bien baissé depuis quelques années.

      • Je ne suis pas totalement d’accord avec cette histoire de désacralisation mais les propos de cette élue sont tout à fait déplacés.
        Chirac et Mitterrand ont caché beaucoup de choses et les gens ne sont plus les mêmes. Sans parler de désacralisation de ceci ou de cela, la réaction de cette élue s’inscrit dans le cadre d’une société où on vandalise les arrêts de bus sans vergogne, où parents et élèves frappent des enseignants pour un oui ou pour un non, où les collèges de bureau se traitent de salope et d’enculé pour des broutilles après avoir déversé leur vie sexuelle à la pause café, où les gens sont surpris que vous leurs disiez bonjour en entrant dans un cabinet médical…

        • Tout à fait d’accord.
          Mais, je pense que comme dans une famille l’exemple vient d’en haut.

          Dans le cas de cette dame, elle est élue de la république, et se devrait de représenter le peuple dignement. Au moins. Les querelles de parti existent et font avancer les choses, mais les arguments qu’elle a utilisé sont impardonnables. Et si un représentant de l’autre parti « principal » faisait la même chose je le condamnerais de la même façon.
          Ici je ne donne pas mes opinions politiques, qui n’intéressent que moi.

          Et pour poursuivre dans al métaphore, nos parents ont certainement des choses pas jolies à nous cacher, mais au moins, il nous ont élevé (et je le prends dans les sens ascension) en se posant en exemple. Tout le monde ne le fait pas, mais je pense que même si le monde a changé, l’exemple doit venir du haut.

          On se complaît dans une médiocrité qui ne nous enjoint plus à donner le meilleur.

  2. ça vole vraiment bas… surtout pour une élue. tentative de mise à niveau: nan mais, elle a vu sa tête elle? le monde politique est devenu une vaste cour de récréation où on peut dire tout et n’importe quoi. les vannes sont ouvertes…

Les commentaires sont fermés.